Par amour de l’écriture manuscrite

Par amour de l’écriture manuscrite Six adeptes des échanges manuscrits partagent leur passion

Le calligraphe, la collectionneuse, l’enthousiaste, les promotrices et l’exposant: tous aiment écrire des lettres et s’adonnent souvent à leur passion. Carte postale ou lettre, l’important est qu’elle soit manuscrite.

Qu’il utilise un stylo-plume ou un feutre, l’écriture du dessinateur Christoph N. Fuhrer est tout simplement belle. Son trait est insouciant, sa verve élégante. Même maintenant, alors qu’il rédige quelques lignes sur une carte dans une buvette de Berne.

«Celle-ci est pour ma belle-mère», explique le Bernois. «Je dois bien être le seul qui lui écris encore des cartes postales!», dit-il en souriant. Sa mère, ses sœurs et ses amis reçoivent aussi régulièrement du courrier de sa part, bien souvent des lettres.
«Quelque chose d’écrit à la main a tout simplement plus de valeur qu’un message WhatsApp ou un e-mail.»

Parfois, il dessine lui-même ses cartes. Par exemple, lorsqu’il se trouve dans un bel endroit, tel que le jardin des roses à Berne, ou à la maison, sur les rives du Danube, à Ratisbonne. Son art est depuis peu accessible à tous: l’éditeur de cartes postales Freshfish propose huit de ses aquarelles sous forme de cartes.

  • Christina Pusterla, originaire de Schaffhouse, a chez elle un présentoir plein de cartes: «J’adore les cartes postales.» Elle s’adonne souvent à sa passion qu’est l’écriture. Parfois, elle s’écrit à elle-même pendant ses vacances. «J’ai peur de voyager: les cartes sont la preuve que j’y suis parvenue», raconte-t-elle avec un sourire joyeux. Prendre l’avion et l’incertitude lui donnent du stress. «Cela est totalement illogique», admet-elle de son propre chef. En effet, dans son travail d’assistante de metteur en scène, elle est régulièrement en proie à l’incertitude. Elle est souvent aux commandes le soir, avec jusqu’à 2000 personnes assises dans le public et 40 personnes sur scène: «Cela ne me stresse pas du tout».

  • Corinne Sanginisi a une caisse pleine de cartes postales qui attendent d’être écrites et envoyées. «Lorsque j’aperçois des cartes postales, je ne peux m’empêcher d’aller «farfouiller» pour voir s’il y en a certaines qui me plaisent», raconte cette comptable de Ersigen. «Celles particulièrement jolies, je les achète en double: une à envoyer et une pour moi.» Ses parents, ses amis, ses connaissances et ses deux enfants reçoivent régulièrement du courrier de sa part, sans oublier son compagnon en Allemagne. Il en a désormais une petite collection qui orne joliment le mur de son salon.

L’acteur Beat Schlatter a également conservé toutes les cartes postales qu’il a reçues depuis son enfance. «Les cartes postales sont pleines d’histoires», affirme le Zurichois. «Elles font ressurgir des émotions et des souvenirs.» Au lieu de simplement les conserver, il a créé un livre à partir de ces cartes: celui-ci regroupe, exposés avec soin, quelque 900 joyaux tirés de l’univers parfois singulier du design de cartes postales. «C’est le livre idéal lorsqu’on a envie de prendre le large.»

Depuis trois bonnes années, Silja Bähni et Olivia Hübscher organisent régulièrement des événements «Post a letter». «Nous apportons du papier à lettres spécial, des enveloppes ainsi que des petits mots gentils et des dictons à coller dessus», raconte Silja Bähni. «Chacun reçoit trois timbres-poste.» Elles souhaitent ainsi susciter l’envie d’écrire des lettres. Les soirées à Berne et à Fribourg sont un succès. «L’atmosphère est toujours agréable et tournée vers la création, chacun est plongé dans ses lettres», relatent les deux pédagogues. «Parfois, une centaine de lettres sont rédigées.»

«Les lettres permettent d’apporter un peu de plaisir à quelqu’un», explique Olivia Hübscher. «Elles sont également surprenantes: on se dit ouah, j’ai reçu une lettre!»

Qu’on les écrive ou qu’on les reçoive, les lettres et les cartes offrent tout simplement un petit moment de bonheur à tous. D’autant plus lorsqu’elles sont rédigées à la main!

Dävu Brühlmann, technicien de musée bernois, monte lui-même régulièrement sur scène: il chante en effet dans le groupe de folk celtique An Lár. Et: il écrit des cartes postales avec assiduité. Deux fois par an, ses amis, ses connaissances et les fans d’An Lár reçoivent une carte avec les dates des prochains concerts. «Autrefois, on envoyait toujours la newsletter avec les concerts par carte», explique le musicien à la haute stature. «Je suis simplement le seul à le faire encore aujourd’hui.»

Il fait imprimer 200 exemplaires et complète les cartes à la main. Ce qui est très apprécié: «Beaucoup de gens me répondent avec un SMS, m’envoient un e-mail pour me remercier», dit-il, en précisant avec le sourire: «Certains s’excusent même s’ils n’ont pas pu venir à un concert.»

«Et pour moi, c’est une bonne occasion de faire signe à des personnes que je n’ai plus vues depuis longtemps.»

200 cartes: cela occasionne bien quelques frais? «Oui, mais cela en vaut absolument la peine», répond Dävu Brühlmann. Et d’ajouter avec un sourire malicieux: «J’avoue néanmoins qu’après ça, mon poignet est quand même quelque peu endolori!»

Et vous, comment aimez-vous écrire? Vous trouverez davantage d’inspiration ici.

Partager sur